Relaxation pour enfant : comment l’aider à lutter contre le stress ?

La relaxation chez l’enfant peut être innée. Les plus petits ne cherchent pas à lutter contre la fatigue et n’hésitent pas à se laisser aller dès lors qu’ils se sentent en sécurité. L’exercice peut être plus compliqué si un événement est venu perturber la journée ou si l’enfant est préoccupé. Une séance de relaxation peut alors aider à évacuer la tension nerveuse et à calmer les émotions un peu trop vives.

Le stress chez un enfant apparaît le plus souvent lorsque le petit est amené à adopter le rythme de vie trépidant de ses parents. Ce stress peut être accentué suite à certaines situations, parfois difficiles à identifier. Certains enfants ne parlent jamais de leurs angoisses et gardent tout au fond d’eux.

Les parents se doivent donc de faire attention aux signes qui prouvent que l’enfant subit des tensions et d’essayer de l’aider au mieux à surmonter cette épreuve. Quels sont les moyens employés par les professionnels pour favoriser la relaxation chez un enfant et existe t-il des solutions pour se relaxer à la maison ?

Comment savoir si mon enfant est stressé ou anxieux ?

De plus en plus perceptible chez les plus jeunes, le stress apparaît à diverses occasions et dépend en grande partie de l’environnement familial ou du contexte dans lequel l’enfant évolue. L’école en est un facteur déclenchant. Une trop grande pression de la part des parents ou des professeurs peut être une cause majeure de perturbations psychiques. Peu inquiétant s’il arrive en réaction à un événement particulier, le stress doit alerter lorsqu’il est chronique ou répétitif.

Chez un enfant, les perceptions sont différentes. La confiance en soi peut rapidement s’envoler lorsque l’on se sent dépasser par les événements, fatigué ou même lassé de la vie que l’on mène. Si l’on ressent de temps en temps un certain stress par-rapport à ses études ou son activité sportive, ce sentiment peut finalement être bénéfique à condition bien-sûr qu’il soit bien dirigé : en effet, le stress peut remotiver et inciter à donner le meilleur de soi. Le caractère joue pour beaucoup. Mal vécu par l’enfant, le stress peut aussi amener des dépressions et des burn-out. Même s’il ne le montre pas pour ne pas vous inquiéter, votre enfant se sent alors déstabilisé, ce qui peut le conduire à plus ou moins long terme à détruire volontairement toute une partie de sa vie et de ses habitudes. Il est donc important, et même primordial d’apprendre à votre enfant à gérer son stress et à l’utiliser à bon escient.

Il convient de surveiller les réactions à tout âge après un divorce, le décès d’une personne proche ou un événement inhabituel tel que la naissance d’un frère ou d’une sœur. Dans ces cas précis, rassurer et parler du problème suffit bien souvent à apaiser les tensions. Par-contre, en cas de mauvaise humeur permanentes, de bagarres à l’école, d’agressivité… le trouble est en général plus profond et nécessite une attention particulière.

Les bienfaits de la relaxation

Les séances de relaxation pour enfant contribuent à un meilleur équilibre de vie, à un mieux-être général en temps normal mais surtout en période d’examens, de compétitions, de changement majeur des habitudes… Se relaxer profondément est un moyen d’oublier ses soucis et angoisses pour arriver à un état de plénitude et de grâce. Retrouver la sérénité de façon durable est pour tous une façon de bien grandir.

De nombreux exercices de relaxation existent pour apporter le calme et prendre conscience de la beauté de l’existence. Ces exercices peuvent être pratiqués durant des cours collectifs ou de manière individuelle.

Suite à une séance dirigée par un professionnel, les bienfaits peuvent être prolongés grâce à différents petits exercices ludiques à faire chez soi avec son enfant ou avec toute la famille. Ces moments de calme vont aider à recadrer les plus petits sans énervement et en leur transmettant de bonnes bases pour vivre mieux.

Quelques exercices et conseils pour qu’il apprenne à gérer ses émotions

Les moyens de relaxation pour enfant dépendent de l’âge et du lieu où vous habitez. Vous pouvez aider votre enfants grâce à quelques exercices ludiques et à certaines techniques de respiration ou l’inciter à pratiquer une activité qui favorisera son bien-être.

Conseil n°1 : apprendre à respirer

Bien respirer en prenant son temps et en ressentant l’air envahir son corps peu à peu déstresse et stimule.

Il s’agit ici d’inspirer “par le ventre” et d’expirer bien profondément en imaginant que tout son stress est s’en va de son corps. Cette technique détend, notamment si l’exercice est réalisé en fermant les yeux et en se concentrant uniquement sur son souffle.

La cohérence cardiaque est une des solutions pour gérer son stress par la respiration : cette pratique consiste à reproduire 3 fois par jour un schéma très précis, soit effectuer 6 respirations par minute durant 5 minutes. Cet exercice dit de “résonance cardiaque” est plus facile à réaliser pour les enfants de 10 ans ou plus car il demande une certaine coordination. Le but est d’aider le cœur à s’adapter à son environnement et aux circonstances pour qu’il puisse transmettre des messages positifs au cerveau.

Conseil n°2 : méditer en pleine conscience

La méditation en pleine conscience incite l’enfant à ressentir chaque partie de son corps ainsi que ses émotions en utilisant ses 5 sens : les yeux pour la vue, les mains pour le touché, etc.

Méditer en pleine conscience est possible dès le plus jeune âge. Si l’enfant pratique cette discipline avec un adulte régulièrement, il pourra la réutiliser seul lorsqu’il en ressentira le besoin. Présentée comme un jeu, la technique va l’amuser et l’inciter à reproduire chaque geste en se concentrant réellement sur son corps et son ressenti.

L’enfant commence par se mettre dans la position qu’il souhaite, assise ou allongé. L’adulte va alors le guider sur le ressenti du moment présent, sur ses perceptions, ses sensations corporelles, ses émotions, ses pensées. Il va lui demander de les repérer puis de les laisser s’envoler tout ce qu’il ne veut pas garder.

Conseil n°3 : évacuer les tensions chez un magnétiseur

Dès l’entrée chez un énergéticien magnétiseur, l’ambiance apaise : les couleurs douces associées aux arômes d’huiles essentielles captent tous les sens et invitent à se laisser aller. En rassurant l’enfant, le professionnel va lui permettre de bénéficier pleinement du soin.

Les énergies transmises par le guérisseur rétablissent progressivement le bien-être. L’enfant est ainsi libéré de ses angoisses et tensions, ce qui l’aide à agir positivement sur ses émotions. Une séance chez le magnétiseur peut suffire : le nombre et la fréquence des rendez-vous dépend toujours des raisons qui ont poussé l’enfant à consulter et de la façon dont vont évoluer les événements. Attention, ce soin ne se substitut jamais à un traitement médical ou médicamenteux.

Conseil n°4 : appliquer les règles de sophrologie

La sophrologie va aider l’enfant à se débarrasser d’un ressenti désagréable ou d’une émotion perturbante. Cette technique est parfois employée par les hypnotiseurs pour que l’enfant puisse repenser aussi souvent que nécessaire à ce qui s’est passé durant la séance.

Un exercice tout simple est préconisé : l’enfant s’imagine tenir un ballon de baudruche entre ses mains. Il doit en imaginer la couleur, la forme, la rondeur, etc. Le but est d’identifier les émotions qui gênent le bien-être et de les expirer une à une dans le ballon qui va se gonfler peu à peu et obliger à écarter les mains. Une fois retenues par le ballon noué, ces émotions sont contenues. Lorsque le ballon s’envole, l’enfant se sent mieux.

Conseil n°5 : respirer des huiles essentielles

Seule ou en complément d’un traitement homéopathique, l’aromathérapie peut aider à se sentir moins stressé et plus en phase avec le monde qui nous entoure. Si l’enfant est très agité et hyperactif, les massages peuvent le calmer. Les naturopathes et autres spécialistes du bien-être conseillent alors aux parents certaines huiles essentielles telles que l’huile essentielle de Mandarine (Citrus Reticula), de Vetiver (Vetiveria Zizanioide) ou encore d’Ylang Ylang (Cananga Odorata).

Conseil n°6 : se calmer avec la luminothérapie

Certaines lumières revitalisent et d’autres calment profondément. Les leds et les lasers peu puissants sont de plus en plus utilisés pour soigner différents maux physiques et psychiques. Ainsi, en ajoutant quelques objets décoratifs lumineux dans la chambre de l’enfant, l’effet peut être positif sur le moral. Il peut s’agir de lampes d’appoint mais aussi de bâtons lumineux en mousse, de baguettes à fibres optiques, etc.

Dans tous les cas, préférez des couleurs douces, pastels pour les murs de la chambre et tentez de créer un cocon de douceur pour que votre petit se sente bien et en sécurité. Luminothérapie et chromothérapie nécessitent l’avis d’un professionnel concernant la durée, la fréquence et l’intensité.

Conseil n°7 : faire du yoga

Un exercice très simple peut être réalisé avec les plus petits : il consiste à prendre son enfant sur soi alors que l’on est allongé sur le dos. Ventre contre ventre, l’adulte et son enfant vont respirer de concert en prenant leur temps et en y mettant toute la douceur possible.

Le yoga tel qu’il est couramment pratiqué s’adresse plutôt aux adolescents recherchant la plénitude. Les positions les plus simples restent la position du lotus : assis en tailleur et les paumes de la main tournées vers le haut et la position de l’arbre : debout, la jambe gauche repliée et posée contre le genou droit, les bras tendus vers le haut et les mains jointes.

Conseil n°8 : se libérer grâce au sport

C’est bien connu, le sport est un exutoire, une façon d’éliminer toutes les pensées négatives et de retrouver sa fureur de vivre. L’exercice physique permet avant tout de penser à autre chose et de se défouler. Proposez le plus souvent possible à votre enfant d’aller au parc, à la salle de jeu, de marcher ou de faire du vélo. Il se sentira bien plus calme ensuite.

Conseil n°9 : prévoir des moments de calme sans activité

Rester tranquille un moment sans rien faire, prendre un moment pour rêver, se reposer, s’étirer… peut être anti-stress et limiter les moments anxiogènes. Chaque enfant ressent des “baisses de régime”. Lorsqu’il se trouve à la maison, il peut être bon de l’encourager à écouter ses besoins, à ne pas repousser sa fatigue. Une petite sieste peut d’ailleurs être profondément libératoire.

Conseil n°10 : entrer en contact avec la nature

Si vous habitez en ville, votre enfant va par moment se sentir enfermé, prisonnier des murs qui l’entourent à longueur de journée. Un retour à la nature peut alors lui faire énormément de bien. Il peut s’agir de se promener en forêt, dans un parc arboré ou de passer un week-end au bord d’un lac. L’important est qu’il soit entouré de verdure et qu’il puisse retrouver ses racines. Une autre solution consiste à lui faire pratiquer une activité de jardinage ou de l’inscrire à des cours d’équitation ou de voile, selon la région et les possibilités.

Le contact avec la nature renforce l’ancrage et la sensation de bien-être par les bienfaits qu’elles procure à nos énergies.

 

Auteur : Julien Urnel 

;