Dépression : que faire et comment s’en sortir ?

La dépression se définit comme un trouble mental qui se produit ponctuellement ou de façon chronique. Cette maladie psychosomatique se traduit le plus souvent par un déséquilibre de l’humeur et une absence d’émotions pouvant amener à une désocialisation.

Bien connus des médecins, les différents types de dépressions associent des symptômes psychiques et physiques plus ou moins graves. Des manifestations différentes apparaissent alors chez l’enfant, chez l’adolescent et chez l’adulte.

Plus de 300 millions de personnes sur cette terre souffrent de dépression et l’augmentation est constante d’année en année (+18 % en 10 ans).

Alors, en cas de dépression que faire et comment trouver la force de s’en sortir ?

Savoir reconnaître les symptômes d’une dépression

Si vous pensez souffrir de dépression, que faire pour vous libérer de ce fardeau et vous sentir à nouveau heureux de vivre ?

La première action consiste à reconnaître les symptômes et à déterminer s’il s’agit d’un simple état dépressif ou d’une dépression sévère.

Sachez d’abord que la dépression touche tous les âges et atteint aussi bien les adultes que les adolescents.

Durant les périodes de dépressivité, l’ado passe par différentes phases : de la tristesse au manque d’envie ou de motivation, de la morosité à une certaine angoisse, de l’agressivité au mur de silence, etc.

Ces phases marquent le passage entre l’enfance et l’âge adulte et sont plus ou moins présentes dans la vie de l’individu. Liés à une phobie scolaire, les troubles peuvent être accentués et il n’est pas rare que le jeune se plaigne de douleurs ciblées et chroniques, sans raison médicale apparente.

Dans le cas d’une dépression (à ne pas confondre avec de l’anxiété ou une déprime passagère), les troubles de l’humeur s’ancrent et perdurent au delà de deux semaines.

Parmi les symptômes de la dépression :

  • des troubles du sommeil amenant peu à peu la fatigue et une attitude lascive ;
  • une perte d’énergie ou au contraire une agitation perpétuelle ;
  • un manque d’appétit ou une forte augmentation de l’envie de manger ;
  • une absence de désir sexuel ;
  • un stress latent qui s’intériorise.

La dépression s’accompagne bien souvent de douleurs diffuses ou continues dans le dos, la nuque, les épaules ou au ventre. Seule face à ses difficultés à aborder le quotidien, la personne s’enfonce peu à peu. Apparaissent alors la tristesse et les crises de larmes répétitives, la perte d’intérêt pour le monde qui l’entoure (pour son travail, sa famille, ses amis, etc.), la mauvaise estime de soi, les problèmes de concentration ou de prise de décision et même, au bout d’un certain laps de temps, les tendances suicidaires.

Dépression : que faire et comment s’en sortir ?

Quelles sont les causes de la dépression ?

Les causes de la dépression sont nombreuses et différentes selon que la maladie touche un enfant, un ado ou un adulte.

L’ado dépressif peut simplement ressentir de la déprime et une certaine anxiété en pensant à ses défis futurs ou à la morosité de sa vie actuelle. L’anxiété s’installe alors et des troubles du sommeil surviennent…

Chez l’enfant ou l’adolescent, la dépression provient le plus souvent d’un manque d’estime de soi et d’un rejet de son corps. C’est pourquoi les filles sont plus touchées que les garçons : le ratio est de 2 sur 1, selon l’INPES (institut national de prévention et d’éducation pour la santé). Si un peu moins de 3,5 % des enfants de moins de 11 ans sont touchés, 14 % des adolescents souffrent de pensées négatives persistantes, de tristesse et d’un manque d’appétit flagrant.

Chez l’adulte, stress et fatigue vont de pair. Il peut s’agir d’une dépression saisonnière à l’automne ou à l’entrée de l’hiver par exemple ou d’une dépression chronique provoquée par une trop forte pression au travail. En effet, selon les données recensées par le magazine Capital, la dépression au travail, dite élevée, touche 29 % des salariés et l’hyperstress 24 % de ceux travaillant plus spécifiquement dans le domaine médical, des services ou du spectacle. Par ailleurs, plus de 50 % des salariés ressentent de l’anxiété vis à vis de leur situation professionnelle.

Autre type de dépression : la dépression amoureuse. Il est en effet admis qu’une rupture sentimentale peut amener à un état dépressif plus ou moins grave. Les troubles, suite à une séparation douloureuse, s’accentuent avec le temps et peuvent être aggravés par des conflits récurrents ou un isolement. Cette dépression sentimentale est associée à de la mélancolie et paraît insurmontable pour celui qui traverse la crise. Pourtant, parfois, le chagrin d’amour est seulement un déclencheur et il s’avère qu’un mal bien plus ancien et plus ancré est la véritable cause du mal-être ressenti.

Quels sont les risques qu’encourt une personne dépressive ?

En cas de résurgence de la dépression, que faire ?

Malgré les soins, les séances de psychanalyse et les anti-dépresseurs, l’état de profonde déprime et le manque d’estime de soi persistent. Vous vous sentez désemparé, toujours accablé par cette envie de pleurer et de ne voir personne.

La durée d’une dépression est très variable : tout dépend de sa nature et de l’individu qui la subit. Si la plupart des dépressions ou états dépressifs sont traités en moins de 6 mois, la maladie peut aussi malheureusement perdurer plusieurs années. Combattre la dépression devient alors de plus en plus difficile puisque les symptômes évoluent et se multiplient.

Dans le cas d’une dépression sévère, les relations aux autres sont de plus en plus perturbées, dans l’environnement social et familial, comme dans le milieu professionnel.

En parallèle, le manque de motivation et de concentration, le stress et la fatigue peuvent amener à un burn-out caractérisé. Qu’est-ce que le burn out ? Cet état dépressif, provenant d’un stress professionnel chronique, se définit comme un épuisement aussi bien physique que mental et émotionnel. Il n’est plus possible pour la personne de travailler.

L’autre risque lorsque la dépression s’installe durablement est la désinsertion sociale. Le dépressif va peu à peu se couper du monde, se sentir de plus en plus inutile et mal aimé. L’inhibition intellectuelle va empêcher de réfléchir et amener à une névrose. Chez l’adolescent, outre l’échec scolaire, les risques les plus graves encourus sont l’abus de substances dangereuses comme l’alcool, la drogue et les médicaments et la tentative de suicide. L’INSERM (institut national de la santé et de la recherche médicale) recense en moyenne chaque année 650 décès dus à des suicides chez les 15 – 24 ans.

Dépression : que faire et comment s’en sortir ?

Comment se sortir d’une dépression seul ?

Vous ressentez un ou plusieurs symptômes de dépression, que faire ?

La première étape consiste à identifier ce qui vous fait souffrir et d’arrêter de nier les évidences. Faites face à votre douleur et acceptez-la. Prenez ensuite un peu de temps pour vous chouchouter, vous faire plaisir et découvrez ce qui pourrait vous aider à vous épanouir.

Pour retrouver des idées positives et ne pas sombrer dans la morosité, vous pouvez aussi essayer de sortir, de voir du monde. Nouer de nouvelles relations est certainement le remède le plus efficace en cas de dépression amoureuse ou d’épisode dépressif majeur. Vous devez parler de votre détresse, exprimer votre chagrin d’une manière ou d’une autre pour l’extérioriser. Choisissez une personne de confiance et lancez-vous !

Autre solution pour se sentir mieux instantanément : faire du sport, de l’exercice. De nombreuses disciplines sportives favorisent le bien-être intérieur. Tel un exutoire, le sport aide à se libérer des tensions et ramène en quelque sorte à la réalité. Si vous ne pouvez vous dépenser de cette façon, allez simplement marcher dans un coin agréable, dans une zone naturelle calme et relaxante.

Alliés du bien-être et efficaces en cas de dépression passagère, les antidépresseurs naturels peuvent aussi vous aider à retrouver la forme et le moral. Attention, ces produits issus de la nature sont aussi à prendre avec précaution : seul un aromathérapeute ou un naturopathe confirmé peut prescrire avec justesse un traitement à base de plantes et de racines.

Cinq antidépresseurs naturels sont particulièrement appréciés :

  • le Millepertuis aide à lutter contre les troubles de l’humeur.
  • la Passiflore aurait des propriétés sédatives. Les principes actifs de cette plante sont connus pour aider à s’endormir et à ne pas se réveiller au cours de la nuit.
  • la Rhodiole est un anxiolytique reconnu par l’OMS. Ces racines sont infusées pour être absorbées rapidement par le corps.
  • le Safran serait aussi efficace que le Prozac, mais est souvent conseillé en complément d’antidépresseurs classiques.
  • le Griffonia intervient sur les neurones dans le système nerveux central et favorise le retour au calme.

Si je n’y arrive pas, quel professionnel peut m’aider ?

En cas de dépression, que faire ? et surtout, qui consulter ?

Le premier professionnel à consulter en cas de déprime qui dure ou de suspicion de dépression est votre médecin généraliste, votre médecin de famille, celui qui vous connait bien et qui est capable de déceler les symptômes de la maladie. Si la dépression est effectivement diagnostiquée, il vous renverra vers un spécialiste : un psychologue ou un psychiatre, sachant que seul le psychiatre dispose d’un diplôme reconnu.

En fonction des conclusions du spécialiste après la première visite, des séances de psychothérapie vont être prescrites. Ces séances de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou de thérapie d’activation comportementale vont aider à supprimer les comportements inadaptées face à un situation au profit d’attitudes plus positives et plus en phase avec la réalité. Le plus souvent, des anti-dépresseurs comme l’agomélatine, le citalopram ou encore le minalcipran, compléteront le traitement, sachant que la plupart de ces médicaments peuvent avior des effets secondaires.

Heureusement, des techniques plus douces existent. Une consultation chez un énergéticien magnétiseur, par exemple, va être un moyen efficace d’harmoniser et de rééquilibrer ses énergies, d’éloigner les énergies négatives pour enfin retrouver la sérénité.

En prévention de la dépression ou en complément de méthodes thérapeutiques conventionnelles, le magnétisme exercé par un professionnel expérimenté, respectant l’éthique et la déontologie, va contribuer au rétablissement de l’adulte, de l’enfant ou de l’adolescent en souffrance. Le magnétisme apporte un soulagement et supprime les blocages qui empêchent d’être bien dans sa peau et en bonne forme.

Les soins à distance ou au cabinet redonnent la confiance en soi perdue et ancrent dans le présent : le quotidien est moins pesant, l’auto dévalorisation cesse, la souffrance diminue, etc.

Vous savez à présent comment soigner la dépression et que faire si les symptômes s’accentuent ou se multiplient. Privilégier les méthodes naturelles est une évidence pour éviter les effets secondaires. Cependant, l’association de traitements chimiques, de la phytothérapie et de la naturothérapie, du magnétisme et de la pratique énergétique, peuvent être nécessaires pour en finir avec l’ensemble des symptômes relatifs à la dépression.

Auteur : Julien Urnel 

;