Eczéma chez l’enfant : comment le traiter ?

L’eczéma, aussi appelé dermatite atopique, n’est pas considéré comme une maladie portant atteinte à la santé de l’enfant. Elle n’entraîne aucun problème d’éveil et rarement un retard de croissance. Pourtant, elle gêne le quotidien d’environ 10 % des enfants âgés de moins de 10 ans.

La dermatite atopique est le plus souvent d’origine génétique : le père ou la mère souffre généralement ou a souffert d’allergies et de problèmes de peau récurrents. Chez les sujets atopiques, rougeurs et démangeaisons (ou prurit) obligent à prendre des précautions particulières.

Cette maladie chronique inflammatoire peut apparaître peu de temps après la naissance et se développer tout au long de l’enfance puis de l’adolescence. Les lésions provoquées par l’eczéma s’accompagnent de troubles divers et toujours d’une sécheresse cutanée. Des croûtes avec suintement sont parfois visibles.

Soulager et apporter des solutions concrètes à l’eczéma chez l’enfant est possible de différentes façons de nos jours. Les médecins et pédiatres ne recommandent pas forcément des traitements lourds et difficiles à gérer, surtout pour les plus petits.

En fait, la plupart des protocoles à suivre regroupent en plus des médicaments traditionnels des principes issus des médecines douces et des médecines alternatives. Les facteurs aggravants de cette maladie peuvent être traités en parallèle.

Eczéma infantile et dermatite atopique, qu’est-ce que c’est ?

Comment décrire l’eczéma chez l’enfant ?

Parce que la peau de l’enfant n’offre pas toujours une protection suffisante contre les attaques extérieures, différentes réactions vont se produire successivement. Des poussées d’eczéma sont par exemple courantes si la lessive utilisée ne convient pas, si les variations de température sont brusques ou encore si le taux de pollen dans l’atmosphère est trop élevé.

La peau devient peu à peu perméable et s’assèche. Une infection reste possible provoquée par l’irritation et les frottements.

Avant que les plaques rouges n’apparaissent et qu’une poussée d’eczéma se survienne, mieux vaut agir en prévention. Soulager son enfant ne sera ensuite possible qu’avec des crèmes bien souvent à base de cortisone. En gérant cette pathologie de façon rationnelle et sans stress pour ne pas inquiéter l’enfant, les effet sont amoindris. Les parents se rendent rapidement compte de ce qui provoque les poussées et savent précisément quand passer du traitement préventif au traitement curatif. C’est en restant calme et en n’inquiétant pas l’enfant victime de dermatite atopique qu’il est possible de limiter la durée de la crise et de le soulager durablement.

Très précoce, la dermatite atopique apparaît dès l’âge de trois mois et peut, quelques années après, être associée à des symptômes plus graves dont des allergies, sinusites et crises d’asthme. Chez le nourrisson, les lésions sont surtout présentes sur le visage (notamment au niveau des joues), dans les plis du cou, sur les fesses ou encore sur le cuir chevelu. Plus tard, les plaques rouges se manifestent sous les genoux et les coudes, sur le visage autour des lèvres et sur la paume des mains,

Seuls 15 % des enfants souffrent encore d’eczéma à l’âge adulte avec des poussées plus importantes. L’ eczéma du nourrisson n’est pas grave en soi mais dans de très rares cas des complications sont à prévoir : les lésions cutanées peuvent être infectées par le staphylocoque doré ou une autre bactérie, des problèmes ophtalmologiques peuvent apparaître, etc.

Comment soigner l’eczéma de mon enfant ?

Traiter les allergies et les lésions cutanées est bien plus simple en utilisant des solutions naturelles et des traitements à base de plantes. L’eczéma chez l’enfant peut aussi être soulagé grâce à la régularisation des énergies et à leur rééquilibrage. Le magnétisme est un moyen d’aider le corps à combattre et à se défendre en rétablissant les barrières cutanées. Les praticiens vont en parallèle donner des conseils pratiques pour prévenir l’apparition des poussées et limiter leurs effets lorsque les plaques sont déjà présentes.

Les traitements allopathiques courants

Le médecin de famille traite les problèmes de peau à divers niveaux. En cas de poussées inflammatoires, il prescrit bien souvent des dermocorticoïdes sous forme de lotions, de pommades et de crèmes. Ces médicaments soulagent la maladie inflammatoire et limite les démangeaisons. Leur concentration en cortisone est plus ou moins forte en fonction de la sévérité des poussées et de l’apparence des croûtes.

Si des boutons apparaissent sur le cuir chevelu, une lotion spécifique sera privilégiée. Attention, des effets secondaires sont possibles si le dermocorticoïde est utilisé de façon prolongée.

Plus rarement, des antihistaminiques sont prescrits en cas de dermatite allergique. Attention, il convient de toujours demander l’avis de son médecin avant de reprendre un médicament prescrit longtemps avant. Par ailleurs, ce médicament peut engendrer des réactions inattendues : celui à la cortisone doit par exemple être impérativement arrêté en cas de varicelle.

Les solutions sans cortisone à trouver en pharmacie

Des pommades d’un nouveau genre, sans cortisone, sont apparues récemment pour soulager la dermatite atopique non sévère. Ces pommades aident à recréer un film lipidique pour empêcher la pénétration des agents irritants : poussière, pollen, particules, etc. Avant d’utiliser ces produits, il convient de bien laver son épiderme avec un gel sans savon et d’hydrater régulièrement sa peau sèche qui tiraille avec un onguent au ph neutre de qualité.

Les pommades sans cortisone sont aussi réparatrices et peuvent être utilisées, pour la plupart, dès l’âge de 3 mois. Souvent grasses, elles sont réservées aux zones particulièrement sèches. Certaines sont à base de plantes comme la pensée sauvage, le souci et la lavande.

Prendre rendez-vous avec un magnétiseur

Au cabinet ou à distance, le magnétiseur va aider l’enfant à purifier ses énergies afin de retirer toutes les sources de stress et d’anxiété qui le fragilisent et le rendent sensible aux nombreuses agressions extérieures. En fonction des symptômes, l’énergéticien agira sur des niveaux bien particuliers. Son action va aider l’enfant à relancer sa vitalité et à mieux se défendre contre les agressions que peuvent subir certaines parties de sa peau. 

L’homéopathie et les traitements par les plantes

Homéopathes et naturopathes peuvent traiter l’eczéma de l’enfant. L’homéopathe prescrit des doses et granules après avoir longuement interrogé les parents. Le naturopathe et le phytothérapeute dirigent vers l’aromathérapie avec la prise de compléments alimentaires ou l’utilisation d’huiles essentielles diluées avec de l’huile d’olive ou un autre corps gras pour préserver la peau. A n’utiliser qu’à partir de 6 ans, les huiles de macadamia, bourrache ou de lavande fine favorisent l’apaisement et la cicatrisation. L’avantage est qu’elles pénètrent rapidement.

Chez l’enfant très jeune, la phytothérapie peut être utilisée différemment. En effet, les huiles essentielles sont à utiliser avec une extrême prudence. Les tisanes à base de soucis ou de pensées sauvages sont par contre recommandées, à raison de une tisane par jour durant une dizaine de jours tous les mois.

Quelques remèdes de grand-mère

Autrefois, l’eczéma était traité avec des onguents et compresses. Les vésicules qui démangent et les boutons qui suintent sont recouverts de beurre de karité, d’huile de coco, d’aloé véra ou même d’une pâte épaisse réalisée avec du bicarbonate de soude.

Nos grand-mère recherchaient dans leurs placards et dans la nature des solutions calmantes, cicatrisantes et désinfectantes pour soulager et retarder la ré-apparition de l’eczéma.

Efficaces sur toutes les parties du corps, le vinaigre de cidre et le citron jaune additionnés à de l’eau pure lavent en profondeur. Passez-les avec un gant très propre préalablement lavé à 60 °C minimum en machine. Très facile à faire et conseillée aux enfants, l’infusion d’ail, passée avec un coton, calme immédiatement les démangeaisons.

Préférer les matières naturelles

Votre enfant allergique, subissant des poussées d’eczéma régulières, ne supporte pas certaines matières synthétiques. Le coton naturel est bien plus sain pour lui. Des précautions sont donc prises au moment du bain de bébé et de son habillement.

Attention à bien le sécher au niveau des plis et de ne pas le parfumer avec des sprays aux agents agressifs. En journée et après les repas, il est aussi important de vérifier que son cou reste propre et ne pas hésiter à le changer s’il a transpiré. Par ailleurs, de façon à éviter tout risque allergique, la lessive utilisée pour laver le linge du petit doit être hypoallergénique : le but est de respecter la fragilité de sa peau et d’éviter les irritations.

Les cures thermales pour soigner l’eczéma

Certains centres spécialisés proposent des cures à base d’eau thermale pour soulager l’eczéma et aider à le faire disparaître. Les enfants sont pris en charge durant 15 jours minimum et une à deux fois par an. Ils sont invités à profiter de la pureté et des bienfaits des eaux thermales matin et après-midi.

Soigner l’eczéma avec le thermalisme est une solution naturelle qui a fait ses preuves mais qui coûte relativement cher, même si une partie des frais est prise en charge par la Sécurité Sociale.

L’établissement spécialisé va en outre proposer des douches filiformes pour masser le derme en profondeur et des bains chronométrés. Un régime diététique avec ingestion d’une boisson détoxifiante complète le plus souvent la cure.

 

Auteur : Julien Urnel 

;